75 ans d’amitié franco-indienne

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest
Fdlm

Article (co)écrit par Fdlm et l'AFB

Au cœur de la mégalopole la plus dynamique de l’Inde, la vénérable institution française suit l’air du temps.  Cette année, lors de la semaine de la Langue Française et de la Journée de la Francophonie, elle célèbre ses 75 ans en présence de toute sa communauté d’amis, d’enseignants, de membres et de partenaires. Autour d’un concert de l’ensemble Arties, le Président de son comité, M. Nadir Godrej, le Consul Général de France à Mumbai, M. Jean-Raphaël Peytregnet ainsi que M. Sumit Mallik, Chef du Protocole et Secrétaire Principal du gouvernement du Maharashtra souffleront les bougies. Visite guidée.

Theosophy Hall, en face de l’ancien centre culturel américain, à côté de l’université Nirmala, derrière la gare de Churchgate. Oui, là, juste à côté du vendeur de jus de cannes à sucre. Pas si simple de trouver l’Alliance Française de Bombay, officiellement située au « 40, New Marine Lines ».
En effet, à Mumbai, anciennement Bombay, impossible de trouver un lieu avec son adresse. Les noms des rues ne disent rien à personne, voire n’existent que sur GPS. Mieux vaut donc avoir quelques points de repères… L’Alliance française de Bombay n’est indiquée que d’une jolie mais discrète plaque en pierre à l’entrée de la Société théosophique, centre de recherches sur les sciences et les religions. Rares sont ceux qui fréquentent encore ce reliquat culturel d’un autre temps, dont le nom pourtant demeure : les visiteurs enthousiastes qui s’attardent sur le perron conversent en français. Située au sud de Mumbai, l’AFB a évolué et grandi avec la ville. Forte de neuf centres disséminés intelligemment à travers la mégalopole, elle jouit toujours autant de son prestige historique. Pour les fils de bonne famille, apprendre le français était une marque d’élégance et de savoir-vivre. Aujourd’hui, c’est une alternative intéressante à l’enseignement des langues  régionales dans un pays fédéral et linguistiquement complexe où dix- huit langues officielles se partagent le territoire. « Nous avions le choix entre le sanskrit, le marathi et le français. J’ai choisi le français, qui me donne une ouverture sur le monde et une possibilité de travailler à l’étranger » explique Siddharth, jeune banquier aujourd’hui émigré à Londres. Il fait partie des 3 500 à 4 000 étudiants qui, chaque année, apprennent le français à l’AFB.

À la pointe de la culture…

Un ciné-concert

Un ciné-concert

Cette dernière voit le jour en 1938, mais il faut attendre 1948 pour que se développe l’aspect culturel de l’institution. Les membres sont alors surtout des cinéphiles qui apprécient le caractère transgressif et éclectique de la programmation. « Lorsque nous étions jeunes, peu après l’Indépendance de l’Inde (en 1947, ndlr), il y avait beaucoup de censure et nous n’avions pas accès aux films étrangers », se souvient Arun Mehta, 87 ans, doyen assidu des membres de l’AFB.  Plus de soixante ans après, le cinéma demeure l’événement le plus sollicité et le mieux suivi dans la politique culturelle mise en place par l’AFB. Tout d’abord projetés au sein de son auditorium, les films, gratuits, sont en plus visibles dans un grand cinéma, souvent à l’occasion de festivals. L’Alliance française accompagne ainsi, depuis sa création en 2010, le festival lesbien, gay, bisexuel et transgenre (LGBT) Kashish qui, cette année, a reçu une couverture médiatique retentissante, selon son cofondateur, Sridhar Rangayan. Un succès phénoménal dans un pays où l’homosexualité est encore pénalisée.

Afin de solidariser et atteindre un public de plus en plus divers, topographie de Mumbai oblige – 21 millions d’habitants, un émaillage routier et urbain en entonnoir monstrueux où il faut compter en moyenne une à deux heures par trajet, l’Alliance française a noué, au fil des années, de solides partenariats avec des acteurs culturels et institutionnels bien ancrés dans la ville. Une volonté poursuivie par l’équipe de la direction de l’AFB : vernissages, expositions, concerts, performances artistiques plus confidentielles, tous les rendez-vous sont bons pour dénicher de nouveaux lieux culturels où raffermir les liens déjà très forts existant entre l’AFB et la ville.
Ainsi, membres et étudiants peuvent écouter des concerts de musiques actuelles dans une des meilleures salles en Inde, le Blue Frog, voir des performances de danse contemporaine ou écouter des concerts de musique classique au théâtre Prithvi et au NCPA, deux lieux emblématiques à Mumbai. Les rendez-vous gastronomiques de l’AFB, organisés avec le Novotel et la grande école hôtelière Dadar Catering College, proposent des approches créatives et artistiques de la cuisine actuelle. Et pendant les Journées du Patrimoine, un public d’indiens, d’aficionados et de visiteurs étrangers partent à la découverte des secrets de la cité. Par ailleurs, les quartiers bougent et se transforment. Theosophy Hall, « Theo » comme disent les habitués, bâtiment art déco, terne et un peu snob, est désormais à deux pas d’une multitude de nouveaux lieux branchés comme ces « bistrots » à la française, le dernier chic des quartiers touristiques de Colaba et de Kala Ghoda. Ces lieux accueillent avec plaisir les programmes ponctuels de l’AF, expositions photos, projets étudiants et ateliers dégustation ou artistiques favorisant l’usage de la langue et l’échange.

… et de la technologie

Le centre de Santacruz

Le centre de Santacruz

Toujours stratégiquement localisé, le dernier centre de classes a été aménagé en 2011 dans un centre commercial de Santacruz, banlieue nord facile d’accès, et s’est doté de tableaux blancs interactifs, de salles modernes, bien agencées et conviviales. Pour ceux qui ne peuvent pas toujours se déplacer, l’AFB reste à la pointe des échanges, défiant « Maximum city »  avec son ensemble d’outils numériques pédagogiques et culturels. Les réseaux sociaux sont extrêmement sollicités pour la communication et la pédagogie, comme le réseau social apprenant Mumbaikar in French – qui permet de développer l’écriture en langue française des 3 500 étudiants inscrits. “Notre communauté éducative est très active, résume la direction des cours à l’initiative de l’environnement numérique de l’AFB. Dans cette cité en bouillonnement perpétuel, les outils numériques mobiles permettent à nos étudiants de tout niveau de continuer à pratiquer et de poursuivre à distance le plaisir qu’ils ont eu en classe. » Et comme l’indique Nadir Godrej, francophile de longue date : « À chaque fois que je me rends à un événement de l’AFB, j’ai l’impression de retrouver ma jeunesse. Nous nous échappions de la routine en fréquentant le ciné-club et en suivant les cours de français, l’AF était alors le point de rassemblement des europhiles de Mumbai. »
Cet homme d’affaires de renom en Inde ponctue souvent ses discours d’idiomes et de jeux de mots en français. Il est l’actuel président du comité de l’AFB. “Cette Alliance toujours aussi fidèle à sa mission. C’est une enclave unique d’échanges à Mumbai, un vrai coin de France. “

 Cléa Chakraverty – David Cordina – Sébastien Langevin

Pour aller plus loin :
The Alliance Française team has asked all the teachers, students, administrative staff to share their photographs and souvenirs : all the pictures are posted online. Write to archive.afbombay@gmail.com to share the photo book and your own pictures of Alliance Française de Bombay.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...