Je me souviens

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

“Je me souviens” est la devise du Québec, la province francophone et l’un des états fédérés du Canada. Les 28 et 29 septembre derniers, le département d’études françaises de l’Université de Calcutta a reçu deux conférenciers dans le but de faire découvrir le Québec aux apprenants et aux enseignants de français. L’occasion d’aborder plusieurs aspects de la culture québécoise : entre littérature, chanson, théâtre et cinéma, le programme était chargé et les étudiant, ravis.

Découvrir le Québec
Lorsque les apprenants indiens étudient une langue telle que le français, ils ont tendance à prendre la France comme pays de référence culturel et linguistique. Mais le monde de la francophonie est vaste, et la plus grande nation francophone de la planète a tendance à être injustement méconnue : le Québec. C’est pour tenter de réparer cette injustice qu’ont été conviés David Prince, tuteur québecois de langue française à New Delhi, et Vijayalashmi Rao, enseignante et l’une des plus grandes spécialistes indiennes de la civilisation francophone outre-Atlantique, exerçant à  Jawaharlal Nehru University de New-Delhi. Leur mission : offrir aux étudiants un aperçu de la littérature et de la culture québécoises en deux jours de stage.

Mes Aieux

Mes Aieux

 David Prince a ouvert le stage en présentant l’histoire de son pays, depuis la découverte du Québec par Jacques Cartier en 1534 jusqu’aux référendums actuels sur la souveraineté du pays face au Canada, en passant par la traité des fourrures et la Révolution Tranquille des années 60. Dans l’après-midi, c’est en musique que la connaissance du Québec se poursuit : David a fait écouter aux stagiaires des extraits des répertoires des plus grands chanteurs québécois comme Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Richard Desjardins ou encore le groupe Mes aïeux, dont les chansons ont été diffusées dans la salle de conférence, pour le plus grand plaisir des étudiants.

Vijayashmi Rao, quant à elle, a abordé la littérature québécoise jusqu’aux années 60 et le théâtre québécois des années 60-70 en faisant la lecture à voix haute d’extraits d’œuvres choisies (Michel Tremblay, Les belles sœurs, Gratien Gelinas, Bousille et les justes). Ces lectures ont donné lieu à une discussion ouverte avec les étudiants, pour échanger autour de certains grands thèmes qui ont façonné l’histoire du Québec : l’omniprésence de la religion catholique, par exemple, ou encore la promotion des valeurs d’égalité et de contestation pacifique véhiculées lors de la Révolution Tranquille. Le but était également de montrer tout l’impact qu’un livre peut avoir sur une société et le pouvoir des mots au service de l’évolution des idées.

Gratien Gelinas

D’autres thèmes tels que les voyages, la liberté individuelle, le sens de la vie, ont été abordés grâce à la projection du film Monsieur Lazhar, du réalisateur Philippe Falardeau, et à la présentation de romans comme Kamouraska, d’Anne Hebert, ou encore Voyage en Irlande avec un parapluie (voyage en Inde avec un grand détour), de Louis Gauthier, lors d’une séquence sur le roman québécois à partir des années 60 par David Prince, qui a clôturé ce stage.

Mission réussie, donc.
Au-delà d’une introduction sur la culture québécoise, ce stage a été l’occasion d’initier les étudiants au fameux accent québécois, une découverte pour la plupart déconcertante au premier abord, puis auquel ils se sont petit à petit familiarisés. De nouvelles expressions et mots de vocabulaire ont ainsi été découverts, tels que tabarnak , une blonde, le verbe watcher  ou encore des québécismes tels que la poudrerie pour définir la neige.
Ce fut également l’occasion de rappeler aux apprenants, tout comme aux enseignants, que le français doit être étudié dans toute sa complexité linguistique et culturelle, car la francophonie ne connaît pas de frontière.
Ce fut enfin une occasion rêvée d’éveiller la curiosité des étudiants et d’élargir leur horizon. Ce stage a montré que le français est une langue qui permet de s’ouvrir aux autres comme un pont entre les cultures du monde entier.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...