Ludhiana, en français

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Isabelle et Amit Jain

Isabelle Jain, née Isabelle Guillon vit à Ludhiana depuis 14 ans avec son mari, Amit Jain, un homme d’affaires et leurs deux enfants. On se demande ce qui a poussé cette belle et élégante Française à franchir les frontières de Douvre en Normandie pour s’installer dans cette grande ville industrielle du Penjab. Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas…  Rencontre.

Où avez-vous rencontré votre mari pour la première fois et comment vous a-t-il persuadé de venir vivre en Inde?
Amit et moi, nous étions étudiants à University of Kentucky aux États-Unis et c’est là que nous nous sommes rencontrés en 1992. Dès le début je savais que je voulais l’épouser mais c’était lui qui doutait de ma capacité d’intégration et de cohabitation avec sa famille à Ludhiana. Alors, avant mon mariage qui a eu lieu en 1998, j’ai vécu 4 mois en Inde. Je suis venue sans a priori, sans idées préconçues – j’étais tellement amoureuse! Et ma première expérience était magique, c’était la période des fêtes – sa cousine se mariait. Les couleurs, les odeurs, la ville qui grouillait du monde, j’étais émerveillée! D’ailleurs j’ai trouvé mes beaux-parents très ouverts, il n’y avait aucune réticence de leur part.

Avez-vous une carrière à Ludhiana?
J’avais fait mon BTS à Deauville et un Mastères en Tourisme à Lille. Mon premier travail était auprès de AAA – American Automobile Association dans le Kentucky; une agence de voyage très préstigieuse. Ensuite j’ai été hôtesse pour Emirates Airlines. À Ludhiana, j’ai vite abandonné l’idée d’ouvrir une agence de voyage, ce secteur n’étant pas très bien réglementé en Inde. Pendant 4 ans, j’avais une petite librairie, une franchise de Rupa & Co. mais je me suis aperçue que les habitants de cette ville ne lisaient pas beaucoup. Actuellement, je suis institutrice de français dans une école privée et je donne également des cours à Frankfinn, un institut de Tourisme.

Comment s’est passée votre intégration?
Comme je l’ai dit, mes beaux-parents m’ont acceptée sans conditions. J’ai vite appris le hindi que je parle plus ou moins couramment. Avec les enfants je parlais en français quand ils étaient petits mais maintenant on communique plutôt en anglais et hindi – mon fils me corrige si je fais des erreurs en hindi! Et nous suivons toutes les fêtes hindoues avec la famille. Mais chaque année on passe un mois en France où les enfants parlent en français avec leurs grands-parents.

Quelles sont vos impressions de Ludhiana? Avez-vous des amis indiens?
Ludhiana est une ville de nouveaux riches et l’argent se fait voir. Je trouve la vie ici pleine de paradoxes – les familles sont aisées et très riches et pourtant certaines font toujours avorter les filles. Les gens ont accès à tout mais ils restent encore très traditionnels, les jeunes ont des voitures de luxes dernier cri mais ils ne respectent aucune règle. Ici je n’ai que des amis indiens – il n’y a pas de Français à Ludhiana, la communauté française c’est moi! Je fais aussi partie d’un book-club – nous ne sommes que dix filles. Toutefois, ça me manque de pouvoir communiquer en français et même une visite rare à l’Alliance Française à Chandigarh est une occasion pour moi!

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...