A la découverte d’un vignoble

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest
Alpine wineries

Alpine wineries

Voici quelques décennies que le vin indien commence à se faire une place en Asie et en Europe, quoique cette dernière se fasse plus lentement. A l’heure actuelle, les deux plus grandes régions de productions indiennes sont le Maharashtra – autour de Nashik, avec Sula Vineyards notamment – et le Karnataka, avec des « wineries » comme Grover et Alpine. C’est justement cette dernière que nous avons visitée le 9 Mars dernier avec un groupe de 25 étudiants de l’annexe de Mysore, de l’Alliance Française de Bangalore. Récit de la visite par Capucine Laurent, enseignante de français à Mysore.

Alpine wineries se situe dans une aire d’appellation viticole récemment reconnue par le gouvernement du Karnataka : la Kaveri Valley. Un nom enchanteur qui n’est pas sans rappeler notre système d’AOC (appellation d’origine contrôlée) dans lequel les étrangers se perdent si facilement. En Inde, à l’instar d’autres grands pays producteurs, un vin se caractérise traditionnellement par le ou les cépage(s) qui le compose et sont quasi systématiquement mentionnés sur l’étiquette ; en France c’est la notion de « terroir » qui est déterminante. Avec l’obtention de cette nouvelle appellation, Alpine affiche sa volonté de se rapprocher de la conception française du vin.

Arrivés en fin de matinée, nous sommes reçus par le Responsable Qualité qui nous fournit quelques explications sur le domaine et son fonctionnement ; nous découvrons qu’Alpine travaille actuellement sur 12 cépages (un cépage n’étant rien d’autre qu’une variété de raisin) mais que beaucoup sont encore en expérimentation : il faudra encore quelques années pour découvrir s’ils peuvent s’adapter au terroir de la Kaveri Valley. Pour créer ses vins, Alpine a fait appel au consultant bordelais et anciennement vigneron, Stéphane Derenoncourt. C’est une stratégie courante dans les nouveaux pays viticoles de s’offrir les services d’un « winemaker » européen qui dispose de l’expertise nécessaire pour créer des vins en tenant compte de tous les paramètres de l’exploitation. Grover, le concurrent n° 1 d’Alpine a quant à lui recours aux services de Michel Rolland, un autre Bordelais.

Nous montons ensuite dans un bus qui marque plusieurs arrêts destinés à nous faire découvrir de beaux points de vue sur le vignoble. Nous sommes en période sèche et la terre rouge met particulièrement en valeur les rangées de vignes qui nous entourent. La plupart des personnes présentes les observent probablement de près pour la première fois. Le sauvignon blanc vient d’être vendangé mais nous pouvons observer – et goûter – les grappes de syrah arrivant à maturation.

La sélection du raisin

La sélection et le tri du raisin

Nous nous rendons ensuite dans le chai. A première vue, aucune différence avec un chai français : une table de tri, une cinquantaine de cuves en inox, des fûts de chêne… ici, tout est importé d’Europe. La seule « touche indienne », et donc forcément colorée, tient à la dizaine d’employées locales occupées pour le moment à trier le sauvignon blanc, opération consistant à retirer les déchets naturels et les baies éclatées avant le pressurage des grappes.

Notre visite s’achève par une dégustation des six vins du domaine en compagnie du sympathique propriétaire d’Alpine, Raghavendra Gowda : trois blancs, tous à base de sauvignon et trois rouges, dont deux issus d’assemblage. On commence par les blancs en procédant par ordre de complexification : le vin « Oro » d’entrée de gamme, vin prévu pour une consommation courante, est suivi par le Vindiva Classic et par le Vindiva reserve. Même démarche pour les rouges. Sur six vins dégustés, cinq me semblent parfaitement acceptables, voire très appréciables pour certains. Cela témoigne de la qualité générale du domaine. Quand on sait en outre qu’Alpine n’a été fondé qu’en 2007, on ne peut qu’être optimiste sur le futur des vins de l’exploitation. Nos amateurs en herbe repartent avec quelques bouteilles et nous rentrons à Mysore. Une bien agréable parenthèse dans un cadre magnifique que l’on aurait pu prolonger longtemps.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...