Calcutta accueille le Mathématicien à l’Araignée, Cédric Villani

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Calcutta a accueilli Cédric Villani du 26 au 31 août derniers. Il s’agissait pour le professeur de mathématique français, aujourd’hui directeur de l’institut Poincaré à Paris et enseignant à l’Université Lyon 1, de son second séjour en Inde après son passage à Hyderabad en 2010, pour y recevoir l’équivalent du prix Nobel de mathématique, la médaille Fields. Depuis, Cédric Villani est devenu le meilleur des Ambassadeurs pour les mathématiques à travers le monde ; ses vidéos sur Youtube comptent pour plusieurs d’entre elles des centaines de milliers de consultations et prouvent ce qu’il a répété au cours de son séjour : « les mathématiques sont sexy ! ».

French mathematician Cedric Villani, author of the novel entitled "Theoreme vivant" poses on September 25, 2012 at the Henri Poincare Institut in Paris. Villani, professor at Lyon University and director of Henri Poincare Institut since 2009, received the Fields Medal (International Medal for Outstanding Discoveries in Mathematics) in 2010.  AFP PHOTO / JOEL SAGET        (Photo credit should read JOEL SAGET/AFP/GettyImages)

Cédric Villani

Cédric Villani était l’invité de  l’Institut Indien des Statistique (Indian Statistical Institute),  et son accueil dans la Capitale bengalie mérite d’être relevé.  La première rencontre a eu lieu dans un amphithéâtre bondé de l’ISI, autour d’une conférence intitulée « à propos des triangles, des gaz, des prix et des homme » ; devant l’affluence inattendue, des écrans de télévisions ont été installés au dernier moment dans les couloirs pour permettre aux fans malchanceux ou retardataires d’assister à la conférence, sinon en direct du moins à quelques mètres.

Bien entendu, si la réputation internationale du mathématicien explique cet engouement, c’est tout autant son charisme sur scène et son empathie avec le public que le caractère particulier de Calcutta qui éclairent le succès tant médiatique que populaire du séjour de cet ambassadeur de l’excellence scientifique à la française.

« Foule », « fan », « scène » : un champ lexical généralement peu employé pour décrire des conférences sur l’équation de Boltzmann ou la géométrie riemannienne… et pourtant la visite de Cédric Villani à Calcutta  relève autant de la diplomatie d’influence que du vedettetariat : rarement une star française du cinéma ou de la musique a signé autant d’autographes et posé pour des selfies que ce scientifique.

cedric-villani-2

Cédric Villani

A Calcutta, c’est l’accueil qui a été fait au professeur Villani qui mérite d’être relevé : le quotidien de langue anglaise le plus lu à Calcutta, The Telegraph, lui a consacré sa Une le samedi 27 août et un numéro spécial de son supplément Célébrités du même week-end, en titrant le reportage : le Lady Gaga des Mathématiques… Pour conduire ces interviews et reportages, le journal avait fait venir depuis Madras son correspondant scientifique national, qui l’avait rencontré quelques années plus tôt à Bangalore, lors de la remise de la médaille Fields. On peut consulter ces articles ici, ici et ici.

Le séjour de Cédric Villani s’est articulé d’abord autour d’interventions, soit en direction du grand public avec des conférences de vulgarisation scientifique («  le public doit prendre autant de plaisir que s’il allait voir un film au cinéma, je joue donc avec lui , je lui raconte des histoires, des histoires de personnes, de projets, d’idée »), soit en direction de professeurs et étudiants d’une partie des dix-sept universités et autres établissements d’éducation supérieure qui jalonnent la ville et sa périphérie, ensuite autour de rencontres avec les directions scientifiques et les relations internationales de ces mêmes institutions, toutes désireuses de développer des échanges avec la France dans le domaine de la recherche et de la science.

20160827_171219-1

Cédric Villani a également souhaité découvrir la ville de Calcutta et ses environs. Il a ainsi passé son dimanche à visiter l’ancien comptoir français de Chandernagor, où encore une fois sa renommée et son charme excentrique lui ont permis de conquérir les cœurs de cette ville assoupie au bord du Gange. Passionné de piano, il a pu assister lors de sa dernière soirée dans la capitale bengalie au concert du pianiste français Maxime Zecchini, donné là aussi devant une salle comble ; il aura même pris le temps de présenter, à la demande du public, pourquoi selon lui « les mathématiques et la musique sont complices ».

La dernière anecdote apporte une belle conclusion à cette rencontre improbable entre un mathématicien hors norme et une ville que l’on imagine endormie parce que jugée simplement, trop souvent et trop vite, à l’aulne des réussites économique des autres mégalopoles indiennes. Dans cette ville de quinze millions d’habitants, alors que j’accompagnais Cédric Villani pour une découverte du Marché couvert de New Market, un homme s’arrête et prend la main de notre mathématicien et lui déclare « you are French, you are scientist ; I am proud you visited Calcutta ».

Stéphane Amalir

Directeur, Alliance française du Bengale 


 

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...