Pune : une fête populaire

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Pour la 11e Fête de la Musique à Pune (Inde), la Municipalité a rejoint les organisateurs habituels que sont l’Alliance Française de Pune et le Goethe Institut,  en donnant à l’événement une dimension nouvelle dès les premières heures du jour : les promeneurs et passants ont assisté à des concerts dans les jardins publics, le long des parcours de jogging, près des monuments historiques, ou même dans les bus municipaux… De nombreux établissements se sont associés également et ont proposé des concerts gratuits pour proposer cette année une vraie fête populaire dans le parfait esprit de la fête de la musique.

Bus en musique

Bus en musique

La journée a commencé très tôt pour les jeunes musiciens enthousiastes souhaitant célébrer la fête de la musique comme à Paris et à Berlin. Des groupes se sont installés dans les kiosques des jardins et le long des parcours de jogging pour un réveil matinal et musical. Les concerts ont stoppé à la fois les curieux et les passionnés de musique. Les violonistes de Suzuki Violin School ont réinterprété des pièces classiques dans des librairies et plusieurs autres endroits inattendus de la ville.
Peu après midi, la ville a eu droit à une session d’improvisation dans les bus publics. Sept jeunes Indiens ont mêlé guitare, percussions, djembé et chant pour se faire entendre dans le brouhaha du trafic. On pouvait lire la surprise sur le visage des passagers qui, pour la plupart, ne connaissaient pas le principe de la fête de la musique. Mais à chaque fois elle a laissé place aux sourires qui éclairaient le visage de tous. Cela a été rendu possible grâce au soutien de la Municipalité de Pune, partenaire de l’évènement sans qui il n’aurait pas été possible de jouer ainsi dans les transports. Grâce à cette coopération, les passagers auront eu droit à un concert gratuit et un voyage unique.

Une fête de partage

Ambiance musicale dans les rues

Ce groupe s’est ensuite installé à l’entrée d’un site patrimonial de Pune, le Vishrambaug Wada pour un concert impromptu qui a surpris à la fois les touristes et les citoyens. Dans la rue, les passants curieux s’arrêtaient régulièrement pour essayer de comprendre qui étaient ces jeunes fous qui chantaient et dansaient au sein de la circulation. A l’occasion, certains prenaient le temps de prendre une pause musicale au milieu de leur journée en les écoutant pendant de longues minutes. Concentrés, les yeux fermés, ils se laissaient bercer par les mélodies tantôt indiennes, tantôt occidentales. D’autres se joignaient même à eux en battant le rythme avec l’une des nombreuses percussions présentes. C’est là l’esprit de cette fête, le partage. Que l’on soit musicien professionnel, amateur, chanteur, mélomane ou tout simplement curieux, on peut tous prendre part à cet évènement.

 Concerts à Max Mueller Bhavan (Goethe Institut) et à la Bouchée d’Or

Taal inc.

Taal inc.

Le soir, de nombreux de concerts ont été organisés au Max Mueller Bhavan. Des étudiantes et étudiants de l’Alliance française ont réinterprété des classiques de la chanson française avec brio, suivi des étudiants du Goethe Institut. Pour finir la soirée en beauté, Taal Inc., une troupe de djembéistes, a enflammé la salle de rythmes entrainants. Les musiciens ont réussi à transmettre leur plaisir de jouer et à la clôture, on entendait encore les  gens garder le rythme endiablé qui les submergeait quelques minutes plus tôt.  De l’autre côté de la rue, la boulangerie française La Bouchée d’Or accueillait sur leur terrasse des groupes amateurs comme Opus Acoustic et Black Mantis, qui invitaient le public à chanter avec eux.

 

 

Human versus Computer

Ben Walsh

Pour les couche-tards, de nombreux bars proposaient de prolonger la nuit. Ainsi, au High Spirits, le public jeune et branché de Pune s’est réuni pour danser pendant des heures. En fin de soirée, Ben Walsh, un batteur australien, à l’habitude de pair avec son ordinateur sur des rythmes électro a eu la mauvaise surprise d’être abandonné par son collègue électronique. Ironiquement, dans un spectacle où l’artiste se bat en duel contre l’ordinateur façon Guitar Hero, pour déterminer lequel sera le plus rapide ou original, l’homme a gagné par abandon. Amputé de sa musique d’accompagnement, le batteur a dû improviser pendant près d’une heure pour que le show continue. L’exercice a été une réussite, et malgré le changement de programme, l’ardeur des jeunes Indiens sur place n’a pas failli d’un iota.

 Chaque année plusieurs milliers de villes organisent à travers le monde la fête de la musique. Le succès est tel que la fête est désormais le plus grand évènement musical dans le monde. Si vous avez raté l’édition 2013, réservez donc la date pour 2014. A Pune, cette année, l’évènement a donc gagné en popularité et 2014 sera sûrement le théâtre d’une ribambelle de concerts et d’une vraie fête populaire. Et vous, où serez-vous alors le 21 juin prochain ?

Pour d’autres photos sur la page Facebook de AF Pune.
Article écrit par : Valentin Moisan, Prutha Narke, David Cordina

 

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...