Lisztomania festival

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Les associations IndoGerman Educational and Cultural Society of Goa, Lizstomania International et l’Alliance Française de Panjim ont travaillé de concert pour organiser le samedi 8 mars 2014, à l’occasion de la journée internationale de la femme, un récital de piano donné par Marouan Benabdallah. Au programme de la soirée, Liszt, Debussy et Rachmaninov, programme pour lequel plus de 400 Goannais ont fait le déplacement. Retour sur une soirée sans fausse note.

Marouan Benabdallah, talentueux pianiste marocain qui a reçu sa formation à l’Académie Franz Liszt de Budapest, est un ami de Goa. Il s’est déjà produit deux fois à Panjim au cours des cinq dernières années. Chaque fois, sa venue est attendue avec grande impatience. C’est sur la scène du Menezes Braganza Hall, bâtiment inscrit au patrimoine historique de la ville, que Marouan Benabdallah a présenté son programme : du Liszt oui mais pas seulement.

Le public gonnais venus en nombre

Le public gonnais venus en nombre

Liszt était un compositeur qui ne se limitait pas qu’à sa propre musique : « Il a transcrit de nombreuses œuvres de ses contemporains dont Schubert, Schumann, Chopin et Paganini » explique Marouan Benabdallah en guise d’introduction aux mélomanes de Goa, venus en nombre ce soir. En première partie du récital, c’est avec la musique de Claude Debussy : tout d’abord, Estampes, un triptyque harmonieux court composé de Pagodes, Soirée dans Grenade et Jardins sous la pluie qui met la salle au diapason. Marouan Benabdallah entre en harmonie avec son piano pour invoquer les morceaux poétiques de Liszt, Soirées de Vienne et Consolation No 3, ainsi que ses transcriptions : Liebesbotschaft (Message d’amour extrait de l’œuvre Chant du cygne, recueil posthume de chansons de Schubert, Wiosna (Printemps), une chanson de Chopin, (Dedication, transcrite d’après une chanson d’amour de Schumann à sa femme, et LaCampanella, transcrite du dernier mouvement du Concerto pour violon de Paganini. En deuxième partie du programme, l’artiste a interprété la très puissante Sonate pour piano numéro 1 en ré mineur du compositeur russe Serguei Rachmaninoff qui selon l’avis du critique de musique Luis Dias demeure indéniablement le « climax » du récital. Rarement jouée en raison de sa complexité et sa longueur (40 minutes), cette œuvre en trois mouvements (allegro moderato, lento et allegro molto) est inspirée de la tragédie de Faust de Goethe où chaque mouvement représente l’un des personnages de l’intrigue (Faust, Gretchen et Méphispophélès).
Marouan Benabdallah aime Goa et Goa le lui rend bien : la preuve en est du silence absolu durant le récital pour deux standing ovations chaleureuses. L’un des deux rappels, Mélodies hongroises de Schubert, teintées de féminité, a été dédié à la journée internationale de la femme.  Le concert s’est déroulé en présence d’une délégation de 15 personnes de l’association Lisztomania international dont le Président Alain Rechner, ancien Délégué Général des Alliances Françaises d’Inde est un « Lisztien » convaincu. Marouan Benabdallah a entamé une tournée de concert en Inde, notamment Delhi, Pune et Chennai où l’artiste a également donné des master classes.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...