Navrati, et les neuf nuits d’ivresse

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest
Pendant neuf nuits, la ville d’Ahmedabad a une vie nocturne.  En effet, du samedi 5 octobre au dimanche 13 octobre a eu lieu l’un des plus grands festivals de danse du monde, Navrati. Célébré dans toute l’Inde,ce festival trouve son paroxysme dans le Gujarat où la fameuse danse, la Garba, en est l’élément principal. Zoom sur un des plus importants événements religieux et culturels gujarati.
Foule dansante

Foule dansante

Navrati, qui signifie neuf nuits, est avant tout un festival religieux dédié aux Devi, c’est à dire aux déesses hindous. On y célèbre la puissance et les énergies féminines et le culte se focalise sur les neuf incarnations de la mère-Déesse ou sur les neuf différentes formes d’énergie, appelé le Shakti, que représentent ces déesses. Mais en fonction de la région en Inde, on ne célèbre pas la même déesse. Dans le Bengale, par exemple, les festivités sont plus tournées vers Durga qui aurait combattu pendant neuf nuits, le démon Mahishasur, mi homme, mi buffle et le tua durant le dixième jour, appelé le Dussera. Dans le Gujarat, c’est Amba, déesse de l’univers, qui est adorée pendant ces folles nuits. Ces neuf nuits représentent également les neufs mois de fécondité et c’est par la même occasion une période de fertilité pour tous les végétaux. Pour accentuer l’hommage à ces déesses, les hommes et les femmes peuvent jeuner à leur manière.

Dans le Gujarat, la ferveur populaire est impressionnante :  jusqu’aux moindres petites villages de cet état, on danse la fameuse Garba jusqu’aux petits matins. A Ahmedabad, durant ces neuf nuits, vont s’enchainer des célébrations dans tous les recoins de la ville, dans la rue, dans les clubs, dans les universités et dans des terrains vagues où des Party Plots sont installés pour l’occasion.  Ainsi on y danse la Garba ou le Rass à l’aide de Dandiya (deux bâtons en bois ou en métal). La Garba est une danse plus ou moins accessible car les pas de danse, les premiers en tous cas, sont relativement simples. Un groupe de gens se forme en cercle autour d’une idole et danse en rond, en frappant des mains, en claquant des doigts sur de la musique traditionnelle. Les danseurs s’entrainent mutuellement et le cercle ne se rompt qu’à la fin de la musique.
Avant la danse, une certaine procession est obligatoire : on chante le Aarti, hymne religieux et on fait un Poojja (une cérémonie de prières). On se recueille, on fait des offrandes aux dieux et on prie autour de l’idole. Partout dans la vieille ville, ces célébrations ont lieu et dans n’importe quel pol (en référence: http://afmagazine.in/home/a-la-recherche-du-silence-perdu/) des groupes de danseurs se forment. Ici, les festivités commencent tard, environ à 23h et pas de risque que les policiers tentent d’écourter la soirée. Jusqu’au lever du soleil, on trouvera des danseurs, souvent en état de transe. Dans les universités, l’entrée est plus compliquée : il n’y a que les étudiants ou ceux qui ont une invitation qui peuvent jouir du spectacle proposé. Dans les clubs, il faut acheter un pass, d’une valeur en moyenne de 150 roupies pour pouvoir assister à une soirée. Autrement, dans les terrains vagues où des Party Plots sont mis en place, on pourra danser la Garba dans un incroyable mélange de population.
Tenue complète traditionelle

Tenue complète traditionelle

Navrati, c’est aussi un festival vestimentaire, surtout pour les femmes. Pour danser, elles se préparent à la perfection et cela peut prendre facilement plusieurs heures tant la tenue vestimentaire est complexe et ses codes sont strictes.  La tenue traditionnelle pour la Garba est le chaniga-choli qui signifie simplement un haut et un bas (le plus souvent une jupe et une blouse), brodés et recouverts de nombreux miroirs, que l’on porte associés à un dupatta (grand foulard). Elles portent un maximum de bijoux de préférence en argent. Enfin, l’harmonie des couleurs de la tenue ne doit pas être négligée. Les hommes, eux, doivent porter le kedyu mais une simple kurta peut faire l’affaire. Pour acheter ces tenues, le fameux marché de Law Garden ou le quartier de Manech chok, dans la vieille ville, sont les endroits les plus prisés.

Navrati est un moment de l’année où la femme a le rôle majeur par le fait qu’on célèbre des déesses et aussi par le fait que ce sont surtout les femmes qui font vivre ces neuf nuits d’ivresse : ivresses de culte, de dévotion, de danse, de musique, de bijoux, de couleurs…
Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...