Paroles des arbres

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest
constance fulda

Constance Fulda

La plasticienne française, Constance Fulda, est venue durant deux mois en Inde pour travailler en résidence artistique. Tournée vers la nature et notamment les arbres, son œuvre comporte tableaux, polyptyques et objets comme des paravents. Son travail explore avec un grand raffinement  les couleurs, les mouvements et les blessures des écorces des arbres. Découverte. 

Le premier rapport de Constance avec l’Inde date de 1995 lors d’un voyage touristique au Rajasthan. Constance Fulda a de suite été impressionnée par la beauté, l’art et l’artisanat de ce gigantesque pays. Au cours des voyages suivants, c’est la façon dont les arbres en Inde sont vénérés et  considérés comme des temples qui l’a fascinée et qui a nourri sa recherche artistique. Les hindous choisissent souvent un arbre pour lui apporter dévotion. En le protégeant ensuite d’un enclos qui prend de l’importance, l’arbre se transforme en véritable temple.

Suite à la rencontre avec Sumesh Sharma, curateur et fondateur du centre artistique, Clark House Initiative, Constance Fulda a décidé de travailler sur des arbres emblématiques de Mumbai, les banians d’Horniman Circle, place centrale et historique du quartier de Fort à Mumbai. L’inspiration est née immédiatement au pied de ces vieux arbres chargés d’histoire, dans ce lieu d’échanges commerciaux, toujours au centre du quartier d’affaires de la ville. Selon Constance Fulda, ces arbre méritent la même considération que les bâtiments historiques.

Le travail artistique de Constance Fulda consiste à prendre l’empreinte des écorces de l’arbre. L’origine de sa passion pour les arbres reste mystérieuse. Selon elle, les arbres sont les premiers habitants de la Terre qui ont vu passer des générations de civilisations. Leur rapport au temps n’est pas le même que celui des êtres humains. Ils sont témoins de l’histoire des hommes.
Constance a poursuivi son voyage d’études en Inde près de Chennai, au Cholomendal Artist Village, un des rares villages d’artistes qui a su se construire et édifier son propre musée avec une profonde implication des artistes. Elle a pris l’empreinte de l’immense banian qui se situe à l’entrée du village. Grâce à l’intervention de Velu Vishwanadhan, un des fondateurs du lieu, elle a pu réaliser cette empreinte qui a été la plus grande empreinte de sa carrière.
Chacune des empreintes réalisées par l’artiste apparait comme une calligraphie. A les regarder côté à côte, on prend conscience que chaque arbre s’écrit différemment, qu’il y a dans ces empreintes une histoire qui se raconte, celle de l’espèce, des années qui passent, des vicissitudes de l’arbre.  Dans l’atelier, l’artiste reprend par une technique à base de pigments naturels et de poudre de latex, l’univers et l’histoire de l’arbre par la matière et la couleur.
Sanika Vaze

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...