PONDY PARTAGES 2015

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

 

 

Le 29 Janvier à Pondichéry,

Après plusieurs mois de préparation, le coup d’envoi du festival Pondy Partages 2015 a été enfin donné en présence de Florence Noiville et son époux Martin Hirsch, invités extra-ordinaires pour un festival hors du commun.

Ce sont 27 manifestations culturelles d’une grande diversité qui se dérouleront sur 27 jours, entre le 28 janvier et le 23 février :  projection de six films de Satyajit Ray ; exposition « War and Colonies, 1914-1918 » lauréate du label du Centenaire de la Première Guerre Mondiale et qui met en lumière le rôle des troupes coloniales engagées dans la Grande Guerre; séminaire sur l’Inde dans la Première guerre mondiale; une ribambelle de jeunes et talentueux groupes indiens et franco-indiens mêlant rock jazz soul & musique classique;  spectacle de théâtre trilingue (anglais, français, tamoul) reprenant un poème persan du 11è siècle ; mais aussi un concert de chanson française, quelques jours avant un spectacle de danse classique Odissi où Sangeeta Dash qui est un des monuments de la discipline promet de réaliser une performance mémorable ; sans oublier des cafés littéraires sur divers thèmes (émigration tamoule, cinéma indien, « Boléro » de Ravel) …

L’AF de Pondichéry débutera tous les événements de ce festival par un hommage aux victimes et  une condamnation des lâches actes barbares qui ont marqué ce tragique début d’année.

La soirée d’inauguration a rassemblé le 28 janvier à partir de 19 heures plus de 350 spectateurs, en présence du Lieutenant gouverneur de Pondichéry, du Ministre du Tourisme et de plusieurs officiels du gouvernement du Territoire de l’Union. Dans la cour de la Maison Colombani, lieu d’exception profitant ce soir là d’une douce atmosphère nocturne et d’un plaisant vent marin, les invités et acteurs de la soirée ont pu profiter d’un climat idéal pour inaugurer le festival puis débattre de littérature et d’idées.

Après les salutations et remerciements d’usage, le parvis du Café de Flore, café-restaurant de l’Alliance Française s’est sans doute crû de retour chez son homonyme à St Germain des  Près puisque s’y est tenu un café littéraire de grande qualité. Du côté des invités : Florence Noiville et Martin Hirsch, marraine et parrain du Festival ; du côté des animateurs Nicolas Deleau, professeur au Lycée français et romancier, Vincent Page, responsable de France volontaires à Pondichéry et  Olivier Litvine le directeur de l’Alliance Française.

Florence Noiville, romancière-journaliste-pamphlétaire française de premier ordre, traduite en 14 langues (dont le bengali) a précisé les motivations profondes derrière un œuvre protéiforme mêlant critique littéraire et roman, fiction et  sciences,  en répondant aux questions de Nicolas Deleau et d’Olivier Litvine.

Puis ce fut au tour de Martin Hirsch, interviewé par Vincent Page d’évoquer les valeurs qui animent son engagement, sujet de son avant-dernier ouvrage La Lettre Perdue. C’est par une boutade qui n’en était pas une, a-t-il affirmé,  qu’il a résumé sa motivation : « Je ne peux pas être heureux si les autres sont malheureux, c’est donc par pur égoïsme que j’aide les moins chanceux ».

Un égoïsme en fin de compte très proche de l’altruisme si l’on en croit le récit de ses rencontres avec des jeunes volontaires partis au quatre coins du monde grâce à ses efforts de réforme du service civique français. Il en a profité pour insister sur une idée qu’il acquit au contact du vaste terrain parcouru: la valeur d’un homme ou d’une femme ne se mesure pas à ses  diplômes, mais bien à la force de sa motivation, la constance de sa ldétermination et surtout à ses actes.

La soirée s’est conclue par un dialogue entre les acteurs et les spectateurs de la rencontre. Au fil des interventions des uns et des autres, on en est arrivé à mener un exercice d’autocritique des valeurs occidentales. Il fut émis l’idée de dépasser un socle de la pensée de l’Ouest résumé par le célèbre « je pense donc je suis », en s’aidant d’une variation exprimée par un philosophe indien : « tu es donc je suis ».

Une note finale parfaitement en rapport avec  cette soirée qui fut décidément une grande et belle variation sur le thème du partage, du don, du dialogue et de la transmission.

Une belle promesse pour la suite du festival et une belle récompense pour le travail accompli par l’équipe de l’Alliance Française de Pondichéry.

Alliance Française de Pondichéry

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...