Un pandal cinéma pour l’Alliance à Calcutta

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Le festival hindu Durga Puja de Kolkata est sans doute l’un des plus grands festivals religieux du monde d’abord en termes de fréquentation, mais aussi de part le nombre et la qualité artistique de ses œuvres réalisées à cette occasion. La ville et ses environs se transforment en un gigantesque lieu de spectacle et d’exposition de la créativité et de la culture bengalie.

Cette année l’Alliance française du Bengale a décidé de participer à cet évènement qui s’est déroulé du 10 au 14 octobre 2013, en s’inscrivant dans la tradition de la ville qui veut que chaque participant construise un pandal  (temple, structure éphémère, principalement en bambou) pour illustrer un thème précis et célébrer l’importance et le rôle de la femme à travers la commémoration de la victoire de la déesse Durga sur le démon. Ainsi après avoir été l’invité d’honneur du festival de Cannes en 2013, le cinéma indien, qu’il s’agisse de Bollywood ou de Tollywood, se trouve être au centre de cette collaboration francoindienne, qui veut marquer d’un nouveau sceau, après celui de Cannes, l’entente et la relation privilégiée qu’entretiennent les deux pays.

Pandal

Pandal

En cette année particulière pour les relations culturelles et cinématographiques entre l’Inde et la France, notamment à travers la présence de l’actrice Nandita Das membre du jury du festival de Cannes (jury de la Cinéfondation et des courts-métrages du 66e Festival de Cannes) et avec qui l’Alliance française a eu le plaisir et l’honneur de travailler, l’Alliance française du Bengale, en partenariat avec Megdhutam travels, a saisi cette occasion pour rendre au hommage au cinéma indien l’année de son centenaire.
La France est l’un des premiers pays étrangers à s’inscrire dans une telle démarche et à prendre part à cet événement. Une année entière de travail a été nécessaire pour mettre en place ce projet et parvenir à cette réussite. La première difficulté a été de trouver un équilibre entre la présentation du cinéma indien et sa célébration par l’Alliance française du Bengale. Pour y parvenir des artistes français ont collaboré avec leurs homologues bengalis avec l’objectif de créer la plus belle et complète des structures possibles en l’honneur du cinéma indien. L’Indian Council for Cultural Relations (ICCR) et le Musée d’Art Moderne de la ville de Paris ont aidé à trouver des artistes susceptibles de saisir les enjeux et l’importance d’une telle collaboration. De cette manière Gopal Podar, artiste-designer indien, a imaginé la structure et l’architecture du pandal tandis que Jean-Xavier Renaud et Gaëlle Foray, deux artistes peintres français, se sont chargés d’apporter une touche française en rejoignant l’équipe de création.

Réalisation

Réalisation

L’oeuvre se décompose en plusieurs parties. Un premier édifice sous la forme d’un corridor orné de l’inévitable tapis rouge présentait plus de 100 posters retraçant l’histoire du cinéma indien à travers certains de ses acteurs, réalisateurs et films. De position de spectateur et d’amateur de cinéma, le visiteur a pu avoir le plaisir de devenir acteur en poursuivant son chemin qui le mène jusqu’à un grand dôme. Ce deuxième édifice, dont la forme est d’abord celle d’un cinéma surplombé d’un chapiteau, a accueilli les visiteurs avec tout le matériel nécessaire au tournage d’un film. En son sein étaient projetés des extraits de films indiens et français avec pour musique, une composition originale de Pierre-Antoine Lasnier, stagiaire à l’Alliance française. Ces deux premiers lieux aux aspects atemporels et grandioses menaient jusqu’à un troisième édifice qui accueillait la statue de la déesse Durga au milieu d’une vaste cour entourée d’un mur peint par Jean-Xavier Renaud et Gaëlle Foray. Ces deux artistes français, accueillis en résidence par l’Alliance ont travaillé pendant plus de 10 jours sur cette cour intérieure pour y créer une œuvre originale. Les visiteurs devenus spectateurs puis acteurs ont pu alors se retrouver d’un coup d’un seul face à Durga alors que deux énormes yeux de quatre mètres de large et dix bras, présentant dix actrices indiennes et françaises, les enlaçaient.
L’innovation et la créativité ne sont pas arrêtées là puisque l’inauguration officielle du pandal le 8 octobre par le Consul Général de France, a donné lieu pour la première fois à la mise en place d’un spectacle de rue dans Calcutta par des comédiens français de la compagnie Aristobulle. Parmi d’autres personnalités le Consul Général des Etats-Unis et la directrice de l’ICCR nous ont honorés de leur présence.
Le pandal de l’Alliance française s’est trouvé être le lauréat de plusieurs prix, dont parmi les plus prestigieux, comme ceux du meilleur thème et du meilleur pandal. Cette réussite est le fruit d’une collaboration active de plus d’une année entre les Français et les Bengalis. Elle est à la fois une réussite artistique et culturelle, mais aussi médiatique puisque ce projet a donné lieu à 15 articles dans les journaux locaux, une mention dans un quotidien britannique en ligne, un bref reportage sur CNBC et à une interview de la radio BBC4. Et pas moins de 600 000 personnes sont venus visiter le pandal pour le plus grand plaisir de l’Alliance française du Bengale, dont l’intention est de reprendre la place qu’elle occupait dans les années 70 et 80 : une institution sociale et culturelle incontournable à Calcutta.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...