Une écaille d’argent

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Anticipant le rendez-vous annuel de la Fondation, l’Alliance Française de Pondichéry a organisé un concours photo pour ses étudiants et ses membres autour du thème « les métiers du monde ». Nicola de Souza, grande gagnante revient sur cette expérience. La photo de Nicola concourra à la sélection internationale du concours photo de la Fondation Alliance Français et nous espérons qu’elle aura autant de succès qu’ici.

J’aime prendre des photos. Mais je ne suis pas photographe. Mon intérêt pour la photographie est apparu en 2004 lors d’un voyage au Rajasthan avec mon ami photographe E. équipée d’un appareil numérique, un ‘jouet’ de marque Mercury. Depuis, j’ai évolué vers un Nikon D500 qui m’a bien servi notamment avec de belles photos de nuit mais les photographies ambiantes, d’humeur changeante et floues offertes par le Mercury me manquent. C’est toujours une histoire de compromis je suppose. Choisir entre le Nikon, lourd, compliqué, très évident mais très performant et le Mercury, léger, discret, simple et basique. J’aimerais parfois retourner aux bases et travailler dans une chambre noire avec du film photographique et du papier.

La poissonnière du marché Goubert, Pondicherry

A propos du concours photo, cette photo a été prise un matin à l’intérieur du Marché Goubert à Pondichéry. Les conditions de lumière étaient délicates, le Goubert est un marché couvert et le ciel était nuageux. Je savais exactement ce que je voulais même avant de mettre les pieds là bas. Sans frais, ça aurait pu être une photo centrée sur le vendeur. L’objectif était d’avoir un gros plan sur ses mains travaillant le poisson.

Pour cela, je suis reconnaissante envers le photographe Yannick Cormier qui s’est montré très critique vis à vis des travaux préliminaires que je lui ai montrés lors de l’entretien. J’avais choisi une voie facile en prenant simplement des photos de plein pied d’un vendeur de barbe-à-papa, d’un funambule sur la promenade, d’un joueur de guitare basse sur une scène, d’une pêcheuse prenant l’argent d’un acheteur etc. Ce n’est pas que ces images ne représentent pas une profession mais elles sont juste trop simples.

Sur cette photographie en particulier, je suis distraite, amoureuse, attirée par l’écaille d’argent qui s’accroche au doigt. Cela signifie qu’elle a travaillé dur à écailler le poisson sans yeux avant de finalement ouvrir ses branchies pour exposer un intérieur ferme, d’un rouge profond. De cette manière, les femmes au foyer, sagaces, contrôlent si le poisson a été attrapé vivant ou mort depuis plusieurs heures. Mon ami Alfred a demandé à sa mère de m’accompagner pour expliquer à la pêcheuse en tamoul pourquoi j’avais besoin de m’allonger sur le sol et de rapprocher mon visage. Elle était assez excitée et heureuse d’envoyer toutes ces écailles dans mes cheveux. Joyeux souvenirs d’une belle matinée de septembre !
Je suis très contente d’avoir gagné cette compétition et je remercie l’Alliance Française de Pondichéry pour cette opportunité artistique, Pauline, Agathe, Anne-Gaëlle pour le suivi, Alfred et sa mère, Thierry Girard, membre du jury et photographe, Yannick Cormier dont les critiques déchaînées m’ont poussée au-delà de mes limites, mon professeur Géraldine pour avoir cru en moi, Stéphane pour la traduction de la légende et ma famille et mes amis pour leurs avis précieux.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...