Retour sur l’India Art Fair

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

La foire d’art contemporain de New Delhi – India Art Fair – a clos ses portes le 29 janvier 2012 dernier après cinq jours intenses qui ont focalisé l’attention de tous les médias nationaux et de nombreux journaux internationaux. Au total,  400 organismes de presse ont couvert la manifestation.
article écrit par Aruna Adiceam, attachée culturelle de l’Institut Français en Inde, Ambassade de France. 

Une Foire de plus en plus internationale
Avec 92 galeries représentées dont 43 étrangères de 20 pays différents, présentant près de 1000 artistes indiens et internationaux (en 2011 il y avait 84 galeries au total pour 34 étrangères), la Foire d’art contemporain de New Delhi a attiré près de 80 000 visiteurs cette année. De l’avis général du milieu artistique comme des participants, la Foire a gagné en qualité de présentation et d’organisation pour en effet se “standardiser” aux normes de Frize ou de Bâle. Processus normal dans leur phase de légitimation vis à vis d’un public à conquérir et à rassurer. Les tentes, importées d’Allemagne et l’organisation générale confiée à une société anglaise, ont certainement contribué à rendre la Foire« internationale ». La touche indienne indispensable a été apportée par l’un des meilleurs designer-scénographe de Delhi (et d’Inde certainement) Sumant Jayakrishnan. Une organisation à tous les points de vue parfaite pour faire face aux flots du public, moins nombreux qu’en 2011 (128 000 visiteurs) mais certainement de plus grande qualité. Cet “énorme” pas en avant, comme le souligne aussi nombre de critiques indiens, est aussi dû au fait que Neha Kirpal, la brillante et jeune directrice de la Foire, a invité de nouveaux partenaires financiers à la India Art Fair : les co-fondateurs de la Hong Kong Art Fair, Sandy Angus et Will Ramsay.

La foire indienne d'art contemporain

La foire indienne d'art contemporain

De grandes galeries internationales
Parmi les galeries étrangères, il faut souligner la forte présence des galeries anglaises (10), dont White Cube, Hauser & Wirth, Lisson, la présence de 5 galeries américaines, 3 galeries allemandes (dont ARNDT), la galerie italienne Continua, la galerie autrichienne Krinzinger et nos trois galeries françaises (Baudoin Lebon, Béatrice Binoche, Hervé Perdriolle). D’autres grandes galeries européennes étaient également présentes d’Espagne (4), de Grèce (1), de Norvège (1) du Portugal (1) de Suisse et de Lettonie. Pour l’Asie, la Chine était absente cependant Singapour (3) et le Japon (1) étaient représentés. Enfin des Emirats, deux galeries importantes témoignant des passerelles entre l’Inde et cette partie du monde, étaient présentes.

Un temps fort dans le calendrier culturel du pays
La Foire est le seul grand rendez vous d’art contemporain indien et international car il n’existe aucune autre foire ou biennale à ce jour en Inde (la première Biennale doit avoir lieu en décembre à Kochi). Ainsi, la Foire concentre toutes les attentions nationales et internationales du public spécialisé comme du grand public.
Aucune institution publique en Inde ne présente régulièrement d’expositions en art contemporain. De ce fait, la foire n’est pas seulement à apprécier sur le seul critère des ventes, mais aussi sur le type et nombre de public. La foire joue un rôle “d’éducation artistique” vis à vis du grand public là où les autorités publiques sont totalement absentes.

Une ouverture vers les artistes étrangers, la présence de collectionneurs étrangers et de musées étrangers, premiers signes de maturation de la Foire.
Les ventes d’œuvres d’artistes étrangers se sont considérablement renforcées par rapport à l’année 2011, une nouvelle clientèle a émergé (collectionneurs plus jeunes et plus nombreux) et de nombreuses ventes d’artistes étrangers importants sont à signaler : galerie Hauser & Wirth – “Love”, de Martin Creed ; galerie Other Criteriaa – Damien Hirst ; Galerie Tasveer Gallery – Karen Knorr, galerie Lisson Gallery – Rashid Rana et enfin galerie Continua avec une installation de Daniel Buren. La présence de collectionneurs du monde entier (New York, Indonésie, Australie, Brésil, Chine, Afrique du Sud, Grèce, Italie Moyen-Orient et Israël), ainsi que les maisons de ventes Sotheby’s et Christie’s étaient très visibles durant les 5 jours de la Foire (participation aux tables-rondes etc). 26 musées internationaux étaient représentés y compris La tate Moder, le Guggenheim, le San Jose Museum of Art, MOMA , le Singapore Art Museum et le centre Pompidou représenté par la commissaire de l’exposition Paris Delhi Bombay, Sophie Duplaix, invitée du poste.
En ce qui concerne les galeries françaises, Baudoin Lebon et Béatrice Binoche, présents l’année dernière, sont revenus en 2012 avec un bilan contrasté et des promesses de ventes à venir. Hervé Perdriolle (spécialisé en art tribal) quant à lui, a partagé son stand avec une grande galerie de Bombay “Maskara” et a vendu la moitié des œuvres de son stand.

Des ventes en progression pour un marché encore jeune
Les ventes ont fortement progressé dans l’ensemble avec certainement un intérêt plus marqué pour les artistes indiens. 80% des galeries ont vendu au moins une œuvre en photographie, vidéo ou pour les installations d’artistes. L’acheteur le plus important a été le Kiran Nadar Museum (Musée privé avec une des plus importantes collections privées du pays)  dirigé par l’épouse du magnat de la High Tech en Inde, M. Nadar).  De grandes entreprises indiennes ont acheté des œuvres de nombreuses galeries indiennes et internationales. Enfin, certaines galeries européennes ont entrepris des échanges avec des galeries indiennes, fait très nouveau en Inde.
Il s’agit bien entendu d’un marché jeune et d’une scène en effet aussi jeune. Les collectionneurs du pays se positionnent avant tout sur les artistes de l’Inde ou de la région, mais les signes de l’ouverture internationale sont là.

Delhi India Art Fair

Delhi India Art Fair

L’action de l’Institut Français en Inde
En dehors, de la présence des trois galeries, facilitée par l’Institut Français et le comité des galeries, le poste a invité Sophie Duplaix à un séminaire organisé par la Foire et mis en place deux tables rondes l’une sur « écrire sur l’art » qui posait les problèmes des critiques d’art et des médium pour relayer les événements sur l’art contemporain en Inde, l’autre sur les collectionneurs indiens et français avec la présence très remarquée de Sandra Mulliez, invitée de l’Ambassade de France.

A cela s’ajoute, la participation française (installation sonore d’Eric Abecassis) à un des événements collatéraux majeurs organisé par Khoj (Pooja Sood) et l’organisation d’une soirée mettant à l’honneur les artistes français, Laurent Pernot (Prix Sam 2010) et Eric Abecassis (boursier 2011 “hors les murs”), soutenu par l’Institut Français de Paris qui a réuni le milieu de l’art sur les pelouses de l’Institut Français en Inde.  A cette occasion, a été édité un « cahier » avec la chartre graphique de l’Institut comportant tout le programme français durant la Foire. Celui-ci a reçu un très bon accueil de la part de l’ensemble des VIP, presse et partenaires de l’Ambassade

L’Institut Français en Inde sera au rendez-vous l’année prochaine pour participer à cet événement marquant et organiser au mieux le séjour des galeries importantes françaises.

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...