Café iranien : Bun Appétit!

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

A la fois Bombay et Mumbai, cette ville a des endroits surprenants : certains parmi eux ont arrêté le temps. Comme les fameux cafés iraniens.

Café Kayani

Café Kayani

Les affiches vintages et de vieux portraits de Jésus, d’Ahura Mazda et du fondateur du café mettent tout de suite l’ambiance mythique des cafés iraniens de Bombay. Bienvenue au café Kayani. A 16h, des groupes d’étudiants, des gens seuls, des familles ou bien des travailleurs en pause se côtoient comme ils le font depuis plusieurs décennies.
Dans ce café iranien de référence, en face du grand cinéma Métro, on retrouve les spécialités : les Bun Maska, Bhrun Maska (deux types de brioches au beurre) et une grande variété de thés. A la carte de ce café, peu de plats de resistants, on y trouve plutôt des sandwiches, des omelettes et des pâtisseries : de quoi se nourrir vite et pas cher.  «Le rapport qualité-prix est l’argument de vente principale ici. Les cafés iraniens offrent donc des plats de base, c’est pourquoi ceux qui survivent à la concurrence continuent à avoir du succès», déclare Nariman, client régulier, en pause thé.

L’héritage n’a pas de prix
De nombreux cafés iraniens ont fermés depuis 30 ans, faute de prolifération des grandes chaines de café /de restauration rapide et l’inflation du prix de l’immobilier continuent à forcer la fermeture. Au Kayani, l’étage est fermé à cause d’un manque de personnel et les serveurs, surchargés de travail courent entre les tables. Le propriétaire tient à veiller que le café reste abordable à tous il a donc fait le choix  difficile de garder au minimum sa marge de bénéfice. «Le personnel comme le propriétaire ont l’air fatigués, c’est normal, ils se serrent la ceinture. Mais le café est fréquenté de nombreux clients sans barrière socio-économique ! » confirme Nariman.

Café Kayani
Café Kayani

De cinq heures du matin jusqu’à 23h, le service est continu pour le bien être du client. Farooq, le proprietaire a repris la direction de l’établissement de son oncle, après une longue carrière à la banque. Depuis 1903 Kayani est tenu par la même famille iranienne, le café ne se limite pas aux traditions de la communauté: il fait  partie intégrante de l’ambiance de la ville.

A Kayani, les panneaux en bois et les gravures émaillées défrachis sont nostalgiques d’un passé glorieux mais leur fière allure assure la continuté. La devise de l’établissement «Un ‘intérieur simple, le plafond haut et des prix bas» peut paraitre ‘vieux monde’ dans cette ère du marketing clinqant mais elle montre qu’une chose est au moins aussi importante que le profit: la satisfaction du client est aussi important que le profit.

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, l’Alliance Française de Bombay organise une visite des cafés iraniens et présente un film documentaire The last Irani chai de Khalid Mohamed, les 28 et 29 septembre 2011. Voir le site.
Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on TumblrShare on Google+Pin on Pinterest

Comments are closed.

Rédaction

Directeur de publication : Délégation Générale de la Fondation Alliance Française en Inde et au Népal

Rédacteur en chef : Laurent Elisio Bordier

Rédacteur/Coordinateur national : Siddharth Bhatt

Rédacteurs, contributeurs : Guillaume, Abhirami, Alexandre, Chintan, Cléa, David, Eleonore, Elie, Kanika, Karine, Nita, Thomas, Malvika, Marie-Joëlle, Meera, Mayuri, Mitushi, Alice, Prutha, Romain, Ritika, Manas, Supriya ...